For life

Conservation de l’Angonoka dans le Parc National de Baie de Baly

Conservation de l’Angonoka dans le Parc National de Baie de Baly

Situé dans la Région Boeny, District de Soalala, le Parc National Baie de Baly fait partie du réseau des Aires Protégées gérées par Madagascar National Parks. Avec une superficie de 57 142ha, il abrite une biodiversité exceptionnelle. Le  Parc National Baie de Baly est l’unique site dans le monde qui abrite l’espèce de tortue Astrochelys yniphora (Angonoka ou tortue à soc) car il a été spécifiquement créé pour la sauvegarder. Son aire de répartition dans le parc est limitée à une surface totale d’environ 14 500 hectares. Vulnérable à cause d’un taux de mortalité juvénile élevé et d’une croissance lente exigeant une période d’une vingtaine d’années pour parvenir à sa maturité sexuelle, son endémicité et sa rareté lui confèrent une grande valeur sur le marché noir international d’animaux protégés.

Le braconnage a remplacé le feu comme principale menace pour la survie de cette espèce et n’a cessé de s’amplifier depuis la crise politique 2002, et ce, malgré les efforts déployés par Madagascar National Parks, Durrell et les Comités Locaux du Parc (CLP) en collaboration avec la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Ecologie, de la Mer et des Forêts de Boeny. Les agents du parc et les CLP, qui effectuent les patrouilles de surveillance, ont rapporté une recrudescence sans précédente des intrusions illicites dans le parc depuis le mois de décembre 2015. Ce phénomène est confirmé par la prise de vue de caméras cachées installées à l’intérieur du parc.

A l’égard de ces situations, des mesures ont déjà été prises et renforcées au niveau du parc :

  • l’implication effective des communautés locales pour les patrouilles,
  • la mobilisation de l’Organe Mixte de Conception de la Région Boeny pour renforcer l’équipe de la brigade mixte sur le terrain en mettant en place la stratégie « Hidy Trano » qui va s’étaler jusqu’en avril 2017,
  • le renforcement de la sécurité des sites avec la mise en place de nouvelles caméras cachées,
  • l’augmentation du nombre des écogardes pour renforcer l’effectif déjà en place : 360 membres  de CLP ont été recrutés depuis 2012  pour réaliser le contrôle et la surveillance des Angonoka,
  • sur les carapaces des tortues, leur numéro d’identification ainsi que les lettres « MG » signifiant Madagascar ont été gravés afin de décourager les braconniers.

Malheureusement, la facilité d’accès au parc, la faiblesse du dispositif répressif et surtout les prix élevés proposés par les trafiquants constituent encore et toujours les principales contraintes pour la protection de cette espèce.

Aussi un appel est-il lancé à tout citoyen de ce pays !  Qui que vous soyez, où que vous soyez, n’hésitez pas à prévenir les autorités les plus proches dès que vous voyez quelqu’un avec une ou des tortues, à plus forte raison des Angonoka, chez lui, dans les transports en commun, dans les lieux publics, n’importe où !

Une des plus anciennes formes de vie sur terre, l’un des témoins de l’histoire naturelle de Madagascar est sur le point de quitter à jamais notre chère Grande Ile. Nous sommes sur le point de perdre un animal qui représente à lui seul tant de valeurs (culturelles, scientifiques et écologiques) et il est vraiment dommage que seuls les trafiquants semblent lui conférer une grande valeur (marchande).

Les lois qui protègent cette espèce existent à commencer par celle à laquelle on devrait se référer en tout premier lieu, la loi n° 2015-005 du 26 février 2015 portant refonte du Code de Gestion des Aires protégées. Puisque le braconnage d’Angonoka est nécessairement une infraction commise dans une aire protégée étant donné que l’espèce n’a pas d’autres habitats naturels en dehors du Parc National Baie de Baly, une telle infraction est qualifiée de crime par cette loi et sera punie de travaux forcés à temps et d’une amende allant de Ar 100 000 000 à Ar 2 000 000 000./.

Contact Presse : Misa Valérie RAHANTASON
Email : [email protected]
Mobile: +261 33 49 400 43

26 avr 2016